empoigner

empoigner

empoigner [ ɑ̃pwaɲe ] v. tr. <conjug. : 1>
enpuigner 1174; de en- et poing
1Prendre en serrant dans la main. agripper, saisir . « Legrand sauta sur Jupiter et l'empoigna au collet » (Baudelaire). Pronom. (Récipr.) En venir aux mains, se colleter. Fig. Se quereller violemment.
2Fig. Émouvoir, intéresser profondément. passionner. « La lecture d'un paragraphe l'empoignait assez pour qu'il eût envie d'en connaître les lignes suivantes » (Romains). Adj. EMPOIGNANT, ANTE .
⊗ CONTR. 1. Lâcher.

empoigner verbe transitif (de poing) Prendre quelque chose, quelqu'un et le serrer fortement avec la main ; agripper : Empoigner la rampe de l'escalier. Émouvoir fortement quelqu'un, le saisir : Le film a empoigné les spectateurs.empoigner (synonymes) verbe transitif (de poing) Prendre quelque chose, quelqu'un et le serrer fortement avec la main ;...
Synonymes :
Émouvoir fortement quelqu'un, le saisir
Synonymes :
- ébranler

empoigner
v. tr.
d1./d Saisir avec les mains en serrant fortement. Empoigner un gourdin.
d2./d Fig. émouvoir vivement. Ce drame m'a empoigné.
d3./d v. Pron. (Récipr.) Se colleter.
|| Fig. S'injurier, se quereller.

⇒EMPOIGNER, verbe trans.
A.— Emploi trans.
1. a) Saisir vivement dans son poing; tenir fermement quelqu'un ou quelque chose. Je vous empoigne par le fond de la culotte, et je vous envoie par cette croisée voir les poules (COURTELINE, Boubouroche, 1893, II, 3, p. 70). Il saisit le plat comme on empoigne un sabre (HAMP, Marée, 1908, p. 72) :
1. Il empoigna la rampe et fut saisi d'un frémissement dans lequel se mêlaient un trouble sincère et une certaine exagération comédienne.
DUHAMEL, Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 19.
b) En partic., vieilli. Mettre en état d'arrestation. Le major traverse au pas accéléré le dortoir, sacrant, menaçant de nous faire tous empoigner et coller au bloc (HUYSMANS, Les Soirées de Médan, Sac au dos, 1880, p. 118).
2. P. ext.
a) Prendre, saisir. Celui qui se laisse empoigner par ses instincts naturels est perdu. Il redevient inconscient (BARRÈS, Homme libre, 1889, p. 225). Et madame de Bonmont songeait : — Il a encore empoigné une forte culotte au bac (FRANCE, Anneau améth., 1899, p. 107).
En partic., fam. Contracter un mal, une maladie (notamment vénérienne) :
2. ... puis, après de sages réflexions, elle [la domestique] l'avait gardée, préférant que le galopin eût une maîtresse chez elle, une fille propre qui ne serait jamais un embarras. Au-dehors, on ne sait pas ce qu'un jeune homme peut empoigner, quand il commence trop jeune.
ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 351.
b) Au fig. Saisir, émouvoir fortement. Je m'acharne à mon roman parisien, qui ne vient pas du tout (...) Aucune scène capitale ne surgit, ça ne m'empoigne pas (FLAUB., Corresp., 1863, p. 319). Ce qui suivit acheva d'empoigner la salle [de théâtre] (ZOLA, Nana, 1880, p. 1119).
B.— Emploi pronom. réfl. ou réciproque.
1. En venir aux mains; se colleter. Les deux garçons s'empoignèrent, mais la bataille fut courte (AYMÉ, Vouivre, 1943, p. 288). Toutes deux (...) se sont observées comme deux lutteuses qui s'apprêtent à s'empoigner (BUTOR, Modif., 1957, p. 157).
2. P. ext. Se quereller :
3. ... elle s'empoigne avec la tante, à propos de l'argent qu'elle devait envoyer, et dont l'autre n'a jamais vu un sou...
ZOLA, Nana, 1880, p. 1472.
Rem. On rencontre ds la docum. le dér. empoignable, adj. « susceptible d'empoigner » au sens fig. (supra A 2 b). Porel énonce qu'au théâtre, les scènes empoignables, lorsqu'elles sont écourtées, sont toujours dangereuses, que l'auteur n'a pas le temps et la place d'y défendre ses idées (GONCOURT, Journal, 1885, p. 500).
Prononc. et Orth. :[], (j')empoigne []. Prononc. donnée ds FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 2 1787, LAND. 1834, GATTEL 1841, NOD. 1844, Pt ROB., Lar. Lang. fr. Ce n'est pourtant pas la prononc. régulière. Celle-ci est [], (j')empogne [] qu'on donne ds BESCH. 1845, LITTRÉ et DG. On admet les 2 prononc. ds PASSY 1914, BARBEAU-RODHE 1930 et DUB. La prononc. régulière a subsisté dans nombre de mots du type besogne/besogner, grogne/grogner, rogne/rogner, etc. Dans la famille de poing, seul l'arg. pognon conserve la graph. et la prononc. -ogn- []. LITTRÉ signale pour empoigner la prononc. en [wa] mais comme peu usitée, et BARBEAU-RODHE 1930 la considère comme moins bonne. Mais dès MART. Comment prononce 1913, pp. 48-50, la prononc. [wa] prend de l'importance au détriment de l'anc. prononc. correcte qui reste cependant celle du peuple : ,,Le peuple dit, fort justement, [], [], mais ceci passe, déjà, pour familier, ainsi que la foire d'[], ces mots étant d'ailleurs, plutôt, d'usage populaire. Quant à poignet, poignée, poignard, qui sont d'usage littéraire aussi bien que populaire et plus encore poignant qui est plutôt littéraire, on peut dire que leur prononciation est, définitivement, altérée. ,,La prononc. en [wa] écrite -oi- s'explique par l'infl. graph. du i conservé, p. anal. avec celui d'un simple correspondant. Cf. éloignement sous l'infl. de loin, témoigner sous celle de témoin, soigner sous celle de soin, joignant sous celle de joindre, poigne, poignard, empoigner (et dér.) sous celle de poing. Seul oignon se prononce toujours [] malgré la présence de l'i, ce qui vient de l'emploi très pop. de ce mot. MART. Comment prononce 1913 aimerait le voir écrit ognon comme rognon. Pour poignet, poignée, poignard, il estime que, le malencontreux i n'ayant pas été ôté à temps, il convient de se rallier à la prononc. en [wa], celle en [] étant tout à fait surannée, au moins dans l'usage des pers. instruites. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 39, note qu'il y a encore hésitation pour encoignure et moignon, mais que [] est plus fréq. dans encoignure et [wa] dans moignon. Le verbe empoigner est admis ds Ac. 1694-1932. Conjug. Prend un i après -gn- à l'ind. imp. et au prés. du subj. (que) nous empoignions. Étymol. et Hist. 1174 enpuignier ``(G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, 1962 ds T.-L.); 1860 fig. « causer une vive émotion » (BAUDEL., Paradis artif., p. 358); 1863 part. prés. subst. « caractère de ce qui empoigne » (GONCOURT, Journal, p. 104). Dér. de poing; préf. en-; dés. -er. Fréq. abs. littér. :750. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 238, b) 1 516; XXe s. : a) 1 851, b) 1 059. Bbg. ARICKX (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, n° 3, p. 127. — DUCHÁ (O.). La Tendance de motivation et la conscience étymol. Wiss. Z. Humboldt. Univ. Berlin. Gesellsch. Sprachwiss. Reihe, 1969, t. 18, p. 703.

empoigner [ɑ̃pwaɲe] v. tr.
ÉTYM. XIVe; enpuignier, v. 1175; de em- (en-), poing, et suff. verbal.
1 Prendre en serrant dans la main; saisir fortement. Saisir. || Empoigner le manche d'une hache. || Empoigner qqn par le bras, par les cheveux. || Il l'empoigna par le fond de sa culotte (cit. 3). || Empoigner un pavé (→ Casser, cit. 5).
1 L'un s'attachait aux racines d'un bois,
L'autre essayait d'empoigner une branche (…)
Ronsard, la Franciade, II.
2 (…) Legrand, poussant un terrible juron, sauta sur Jupiter et l'empoigna au collet.
Baudelaire, Trad. E. Poe, Histoires extraordinaires, « Le scarabée d'or ».
3 Il empoigna son pardessus, son chapeau et tira derrière lui la porte de l'appartement.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 126.
Fam. (Compl. n. de personne). Retenir (qqn que l'on vient de rencontrer). Accrocher, agripper. || Il m'a empoigné à la sortie du spectacle; il ne voulait plus me quitter. Main (mettre la main dessus; → Débarquer, cit. 2).
2 Vx. et fam. Se saisir de (qqn) pour mettre en état d'arrestation. Arrêter.
4 (Un gendarme) ne gagne point de batailles, il empoigne les gens (…)
P.-L. Courier, II, 263, in Littré.
3 Fig. Saisir (une occasion) avec énergie et empressement.
5 Jusques aux moindres occasions de plaisir que je puis rencontrer, je les empoigne.
Montaigne, Essais, III, 5.
4 Abstrait. (Sujet n. de chose, compl. n. de personne). Émouvoir, intéresser profondément (qqn). Passionner. || Le dernier acte empoigna tous les spectateurs ( Empoignant).
6 Parfois, cependant, la lecture d'un paragraphe l'empoignait assez pour qu'il eût envie d'en connaître les lignes suivantes.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XVIII, p. 244.
——————
s'empoigner v. pron.
(Récipr.). Se saisir l'un l'autre pour se battre. Colleter (se). || Ils s'empoignèrent et tombèrent à terre.Fig. Se quereller, s'injurier. || Ils se sont sérieusement empoignés ( Empoignade).
——————
empoigné, ée p. p. adj.
Spécialt (blason). || Flèche empoignée, tenue à la main.
CONTR. Lâcher.
DÉR. Empoignade, empoignant, empoigne, empoignement, empoigneur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • empoigner — EMPOIGNER. v. actif. Prendre et serrer avec le poing. Il l empoigna par le bras. Il l empoigna par les cheveux. Cela est trop gros, on ne sauroit l empoigner. Pour bien jouer à la Paume, il faut bien empoigner sa raquette. Empoigné, ée. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • empoigner — Empoigner, Comprehendere, Arripere, In pugnum capere. Empoigner plusieurs choses ensemble, Concipere. Mais quelque argument que j empoignasse, il me l arrachoit des mains, Sed vt quidque ego apprehenderam, statim accusator extorquebat e manibus …   Thresor de la langue françoyse

  • empoigner — Empoigner. v. a. Prendre & serrer avec le poing. Il l empoigna par le bras. il l empoigna par les cheveux, cela a trop de tour, je ne le sçaurois empoigner …   Dictionnaire de l'Académie française

  • empoigner — (an po gné ; quelques uns disent an poi gné ; mais cette prononciation est beaucoup moins usitée. Lamonnoye, Glossaire, au mot pognie, dit que empogner est une ancienne prononciation à laquelle il faut préférer empoigner) v. a. 1°   Prendre et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • empoigner — vt. , attraper avec la main : anpounyî (Saxel), êponyî (Albanais.001c, FON.), êpwanyî (001b), inponyé (Chambéry) / î (001a.FON., Thônes.004), inpwènyî (Alex.019). A1) s empoigner, s accrocher, en venir aux mains, se colleter, se colletiner (s… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • EMPOIGNER — v. a. Prendre et serrer avec le poing. Il l empoigna par le bras. Il l empoigna par les cheveux. Cela est trop gros, on ne saurait l empoigner. Pour bien jouer à la paume, il faut bien empoigner sa raquette.   Il s emploie populairement avec le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • EMPOIGNER — v. tr. Prendre et serrer avec le poing. Il l’empoigna par le bras. Il l’empoigna par les cheveux. Pour bien jouer à la paume, il faut bien empoigner sa raquette. Il se dit populairement de l’Action de saisir quelqu’un pour l’arrêter ou l’expulser …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • empoigner par le manche —    Se dit de l’action par laquelle une femme énamourée s’empare avec autorité du membre de l’homme qui est avec elle, et se l’introduit avec empressement dans le vagin.        Je l’empoignai par le manche et le menai au pied du lit, où je me… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • s'empoigner — ● s empoigner verbe pronominal Se saisir l un l autre, en particulier pour se battre ; se colleter : Après s être injuriés, ils se sont empoignés. Se mettre avec vigueur à faire quelque chose qui demande de grands efforts : S empoigner avec un… …   Encyclopédie Universelle

  • entr'empoigner — s Entr empoigner bras à bras …   Thresor de la langue françoyse

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”